Le film de Raoul Peck Je ne suis pas votre nègre, en salle le 10 mai et diffusé en avant-première sur Arte, rencontre actuellement un certain succès aux États-Unis et l’on ne peut qu’admirer l’engouement qu’il suscite tant il est exigeant. Exigeant parce que c’est un documentaire, exigeant car sa narration en voix-off est très littéraire : elle se compose en effet uniquement de textes de James Baldwin, dont la pensée construite et éclairante s’affirme dans un style élaboré, élégant. Il peut se révéler ardu de suivre cette pensée, qui plus est transmise par la voix étouffée de Joey Starr mais quelle autre voix française pour ce film militant ? tout en décryptant les sons, les inscriptions et surtout les images d’archives, qui superposent différents exemples du racisme de la société américaine, envers ses propres citoyens d’origine africaine, du 19e au 21e siècle : des lynchages dans les États du Sud aux violences policières qui ont engendré les émeutes de Los Angeles ou le mouvement « Black Lives Matter ». Raoul Peck démontre donc magistralement qu’il n’est pas vain de faire le pari de l’intelligence et que les spectateurs sont en mal d’une parole intellectuelle et philosophique aujourd’hui disparue des grands médias.

Il est sain, voire salutaire de nous plonger, ces jours-ci, dans la pensée d’un homme qui a finement observé la société américaine et ses écueils : l’extermination et la ségrégation, dès l’origine, puis la perpétuation d’une domination, adossée à un racisme construit et conforté notamment par l’image des afro-américains qu’a véhiculé le cinéma. Par parenthèse, de Naissance d’une nation à La Prisonnière du désert – ce dernier film recelant néanmoins une critique de la furie raciste du cow-boy s’affirme la même terreur des Blancs d’imaginer la femme blanche violée par l’Indien ou le Noir, fantasme horrifique qui révèle le délire de la pureté de la race, mais qui est diamétralement opposé à la réalité historique du métissage aux États-Unis, qui advint, au contraire, des viols des esclaves noires par les maîtres blancs. Baldwin écrit, et il parle. Formé pour être prédicateur, il s’adresse, à la télévision comme dans des conférences universitaires, avec une froideur ou une rage contenue dont il sait jouer. Certaines de ses théories nous sont familières : déshumaniser l’autre c’est faire oublier que c’est la façon dont on traite ce prochain qui est inhumaine, et permettre que cela advienne – un invariant des sociétés racistes et des discours qui ont pu mener à des génocides. Pourtant, il ne faut cesser de le rappeler – oui, nous diabolisons les clandestins pour nous dédouaner de les exploiter à mort ! Le propos de Baldwin dépasse tellement son contexte que le prétexte du film : un projet de livre sur trois personnages emblématiques de la lutte contre les droits civiques des Afro-américains, Medgar Evers, Malcolm X et Martin Luther King, tous trois assassinés, deviendrait presque secondaire. La lucidité de Balwin, son sens de la formule, parfois proche de l’aphorisme, sont vivifiants : « le Blanc est la métaphore du pouvoir » ; le nègre est une construction mentale du Blanc et en tant que telle, elle ne regarde que celui-ci, aussi l’auteur lâche-t-il : « je ne suis pas votre nègre ». D’autres observations, moins communes, font mouche : Baldwin remarque que les Blancs ne connaissent pas les Noirs, ni les ghettos où vivent ceux-ci, tandis que les Noirs connaissent intimement les Blancs. Enfin, autre écueil de l’Amérique – l’analyse est encore une fois éclairante sur le présent – Baldwin décrit l’échec de la sphère intime, le vide existentiel abyssal des vies privées des Américains, qui sont incapables d’être en prise avec leurs émotions, piégés par la sphère publique, la consommation, le divertissement. Pour résister, lisons, parlons, écoutons ; regardons Peck nous raconter Baldwin.

Publicités

2 réflexions sur “Je ne suis pas votre nègre, Raoul Peck, Etats-Unis, France, 2016

  1. Ce beau film de Peck possède la force des grands films: nous parler de son sujet et des milles autres en même temps.
    Par contre j’ai une grosse retenue, quant au choix de Joey Star pour la voix off. Cette voix grave, éraillée, parfois inaudible, sur jouant le côté dramatique, m’a presque phagocyté la voix de Baldwin, qui il me semble (d’après les extraits) avait une voix claire et précise.

    Aimé par 1 personne

    • Oui, plein de gens disent ça aussi, ça en a même découragé certains… il faudrait aller voir la version anglaise. J’ai vu la bande-annonce et c’est vrai que la diction de Samuel L. Jackson sonne vraiment bien mieux. Mais en France, on n’a guère de voix identifiable comme voix noire, et puis Starr s’est quand même engagé contre les violences policières dans son rap.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s