9 films dans 9 films

L’Homme à la caméra, Dziga Vertov, URSS, 1929 (le plus novateur)

Chantons sous la pluie, Stanley Donen, Gene Kelly, Etats-Unis, 1952 (le plus joyeux)

Huit et demi, Federico Fellini, France, Italie, 1963 (le plus nostalgique)

La Nuit américaine, François Truffaut, France, 1973 (le plus passionné)

Au travers des oliviers, Abbas Kiarostami, France, Iran, 1994 (le plus sensible)

Ça tourne à Manhattan, Tom DiCillo, Etats-Unis, 1995 (le plus comique)

Sauvage innocence, Philippe Garrel, 2001 (le plus tragique)

Hollywood ending, Woody Allen, Etats-Unis, 2002 (le plus hypocondriaque)

Les Fantômes d’Ismaël, Arnaud Desplechin, France, 2017 (le plus foutraque)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s